Green Banana Paper la marque éco-responsable

Publié le , par florine
Catégories :

Le fondateur Matt Simpson est un expatrié américain de 31 ans qui vit en Micronésie depuis neuf ans. Après avoir terminé ses études collégiales à l’Université du Vermont, il est venu dans les îles en tant que professeur bénévole avec WorldTeach, une organisation qui place des volontaires dans les pays en développement. Il a fini par enseigner pendant cinq ans avant de passer de l’éducation au commerce. Matt a découvert que la plupart de ses étudiants quitteraient l’île pour travailler à l’étranger au salaire minimum et savait que de nombreux jeunes voulaient rester dans les îles, mais ne trouvaient pas de travail. Il a donc lancé Green Banana Paper dans l’espoir de créer autant d’emplois que possible pour sa communauté d’adoption. Nous avons posé quelques questions à Matt sur son parcours et les produits que son équipe fabrique à partir de bananiers recyclés.

Pourquoi avez-vous décidé de lancer Green Banana Paper ?

Je vivais et j’enseignais à Kosrae depuis trois ans et j’avais appris la culture et la langue locales et compris ce que la vie dans les îles représentait. Je surfais beaucoup et j’étais vraiment heureux, mais j’ai réalisé que je voulais aider plus de mes 100 étudiants que j’enseignais chaque année. Aider les autres a toujours été très enrichissant pour moi, et je savais qu’être entrepreneur me permettrait de faire plus pour l’île – tant que les avantages pour la communauté étaient la priorité, plutôt que les profits.

Comment saviez-vous que les bananiers pouvaient être utilisés pour fabriquer ces produits?

Une amie m’a parlé d’un documentaire qu’elle a vu sur des Thaïlandais utilisant des bananiers pour faire du papier. J’ai donc sauté sur Google et les informations étaient fascinantes. Il est très durable et rapidement renouvelable – et sur notre île, les bananiers appartiennent au peuple plutôt qu’à une seule plantation. C’est l’une des ressources les plus écologiques et les plus répandues que nous ayons. La plupart de nos exportations proviennent de ressources limitées comme le poisson, mais les bananiers doivent être abattus de toute façon, car ils ne produisent des fruits qu’une fois par cycle de vie. L’arbre récolté est retiré pour faire de la place aux nouvelles pousses venant du bas. Les arbres poussent rapidement, de 5 à 10 m de hauteur en seulement 12 mois, ce qui nous donne beaucoup de fibres avec lesquelles travailler.

Pourquoi avez-vous décidé de créer des portefeuilles végétaliens avec votre papier?

J’ai décidé de fabriquer les portefeuilles en papier après avoir découvert les propriétés de résistance à l’eau et aux déchirures de nos papiers. J’ai parlé avec des clients qui voulaient des portefeuilles à la mode qui ne sont pas en cuir et respectueux de l’environnement. Nous avons fait le premier prototype de portefeuille en mai 2015 et cela a très bien fonctionné. Après avoir testé et repensé la résistance, la fonctionnalité et l’élégance, nous sommes vraiment confiants et fiers de nos portefeuilles.

Habituellement, le papier ne réagit pas bien avec l’eau. Qu’est-ce qui rend vos portefeuilles résistants à l’eau?

Merci d’avoir posé cette question. C’est l’une des premières questions que les gens se posent lorsqu’ils prennent nos portefeuilles. Les bananiers sont en fait remplis à 90% d’eau toute leur vie, de sorte que les fibres sont naturellement résistantes à l’eau. De plus, nous appliquons une fine couche de cire naturelle et expérimentons une méthode japonaise de transformation du papier en tissu à l’aide de racine de konjac. Nous avons jeté nos portefeuilles dans l’océan et versé de l’eau dessus des milliers de fois pour montrer aux clients que même si l’eau y pénètre, les portefeuilles iront bien une fois séchés.

Pourquoi les gens devraient-ils vous soutenir, vous et votre entreprise?

Je crois que le Livre vert sur la banane incarne les idéaux de l’entreprise sociale et comment la recherche et le développement de nouveaux produits pour le marché occidental peuvent promouvoir des solutions aux problèmes mondiaux, notamment en ciblant un développement économique positif dans des pays comme la Micronésie. La production de nos portefeuilles a été très créative et qualifiée, et offre des opportunités pour un travail épanouissant et significatif. Les avantages vont au-delà du fait que notre éco-usine en plein air a de bonnes conditions de travail, ou que les travailleurs sont payés 50% de plus que le salaire moyen. Nos produits bénéficient à plus de 100 familles, agriculteurs et amis. »

@GreenBananaPaper

Partager: